Le cèdre calciné

Dernière mise à jour : janv. 21

En me promenant avec mon père pendant mes vacances, j’ai pu admirer la forêt dans toute sa force à se régénérer. Je m’explique. Lors de notre promenade matinale pour faire le tour de nos collets à lièvres, nous sommes arrivés dans une partie de la forêt qui a été complètement rasée par les flammes il y a de cela un peu plus de 60 ans. Et devant nous, là, debout et tout tordu, un témoin de cette perturbation naturelle. Il s’agit d’un thuya occidental ou communément appelé le cèdre. J’aimerais attirer votre attention sur la dimension de l’imposante souche, mais également sur la forêt tout autour! N’eût été de la souche calcinée, nul ne pourrait imaginer que le feu avait ravagé tout sur son passage à cet endroit. Remarquez-vous la prédominance de l’épinette noire? En effet, cette dernière profite de la chaleur dégagée par l’incendie, qui fait ouvrir ses cônes contenant les graines lui permettant de se reproduire. Comme quoi nos forêts ont une capacité à renaître du feu.



Valérie Gauthier

Technologue forestière et Animatrice

Invitation à notre 3e conférence

Le jeudi 9 septembre à 13 h, La foresterie au Québec : passé, présent et perspectives d’avenir avec MM. Eric Alvarez et François Laliberté